Unikkausivut : transmettre nos histoires

Unikkausivut : transmettre nos histoires

Les Inuit possèdent une tradition ancestrale toujours bien vivante qui consiste à transmettre les histoires et les légendes d’une génération à une autre en faisant appel à l’imagerie visuelle et au récit. Depuis les années 1940, l’Office national du film du Canada s’emploie, avec les communautés et les créatrices et créateurs inuits, à témoigner de toutes les facettes de la vie dans l’Arctique. Ensemble, ils ont produit la plus vaste collection au monde de films conçus par des Inuit, réalisés par des cinéastes inuits ou non et portant sur les Inuit. Ces documentaires et ces animations constituent un compte rendu audiovisuel unique de leur quotidien. Toute la population canadienne, en particulier les Inuit eux-mêmes, se doit de partager et de célébrer ce patrimoine.

L’ONF, en collaboration avec la Direction des relations avec les Inuit du ministère des Affaires autochtones et du Nord Canada, le gouvernement du Nunavut et son ministère de l’Éducation, et avec le soutien des organisations inuites, vous propose une sélection tirée de cette riche collection, qui représente les quatre régions du territoire inuit (Nunatsiavut, Nunavik, Nunavut et Inuvialuit), et dont certains films sont en inuktitut.

Découvrez un portrait saisissant de l’expérience inuite passée et actuelle dans ces documentaires et courts métrages d’animation.

Procurez-vous Unikkausivut : transmettre nos histoires,un coffret DVD de 24 films en inuktitut, en français et en anglais.

Une ressource pédagogique est disponible en français et en anglais ainsi qu’en quatre dialectes inuktituts du Nunavut (syllabique), du Nunavik (syllabique), du Nunatsiavut et de l'Inuvialuit. Merci à la Direction des relations avec les Inuit d’Affaires autochtones et du Nord du Canada pour leur soutien.

Photo : Évangeline De Pas

  • L'artisanat esquimau
    1944|21 min

    Ce court métrage documentaire présente un Inuit de l'île de Baffin qui pratique plusieurs formes d'arts et d'artisanat. Construire des kayaks, décorer des vêtements faits de peaux de bêtes, fabriquer des harpons et sculpter l'ivoire font partie de sa vie, à l'instar des récits mythiques, du tambour, du chant et de la danse.

    Pour avoir plus d’informations sur ce film, visitez le Blogue de l'ONF.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Vistas - InukShop
    2009|2 min

    Le cinéaste inuk Jobie Weetaluktuk combine séquences d’archives et nouvelles images pour mettre en lumière différentes formes d’appropriation de sa culture au cours de l’histoire.

    Vistas est une série de 13 courts métrages sur le thème de la Nation produits par l'Office national du film du Canada, en collaboration avec la chaîne APTN.

  • Esquimaux
    1971|57 min

    Vers 1967, le gouvernement fédéral fit construire à Pelly Bay des maisons familiales, une école primaire, une infirmerie et une piste d'atterrissage. En retraçant les activités d'une famille de ce village sis à 240 kilomètres au nord du cercle arctique, ce long métrage documentaire permet aux spectateurs de former leur propre opinion sur l'Inuit et cette vie moderne à laquelle il vient d'être associé.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Debout sur leur terre
    1983|54 min

    Documentaire sur trois villages inuits du Québec, qui luttent pour la survie de leur culture. Voulant demeurer maître de leur destinée, leurs habitants défient la société du développement à outrance, en contestant la convention de la Baie-James qui, selon eux « ouvre la porte du pays inuit aux hommes blancs ». Le film nous présente quelques-uns de ces Inuits dissidents dans leur vie de tous les jours, au gré de scènes de chasse, de pêche et de la vie familiale.

  • Chroniques de notre terre natale - Nippaq
    2012|3 min

    Court métrage documentaire dans lequel on observe le chasseur Joshua Atagooyuk guetter en silence, penché au-dessus du trou d’air d’un phoque. Pendant que le soleil poursuit sa trajectoire et que les heures s’écoulent, Atagooyuk patiente en attendant le moment propice pour frapper.

  • La rencontre
    1994|56 min

    Long métrage documentaire sur les relations de couple entre Blancs et Autochtones. Tout au long d'un voyage du nord au sud du Québec, nous entrons dans l'univers de femmes et d'hommes qui ont lié leur vie à celle d'Amérindiens ou d'Inuit. La sensibilité de leurs témoignages nous permet de partager leurs émotions, leurs découvertes et leurs questionnements, tandis que la lucidité de leur regard sur leurs relations avec les autres et le territoire atteste la possible rencontre.

  • Sur le dos de la Grande-Baleine
    1993|57 min

    Documentaire sur les débats entourant le complexe hydroélectrique de La Grande Rivière, vingt ans après la signature de la Convention de la baie James et du Nord québécois. Tandis que les uns célèbrent les succès du génie québécois, les autres crient à l'apocalypse et au génocide. Une lutte hautement médiatisée qui a pour enjeu le contrôle de la Radissonie.

  • L'ours renifleur
    1992|7 min

    Dans ce film d'animation, un ours, attiré par les odeurs d'un bidon d'essence, se met à en renifler les vapeurs. Le voilà pris de convulsions puis d'hallucinations. Heureusement, il se libérera de cette «emprise» grâce à l'aide d'un hibou et d'un phoque. Un film destiné aux enfants pour les prévenir des dangers d'inhaler des produits toxiques. Film sans paroles.

  • Le mariage du hibou : une légende eskimo
    1974|7 min

    Amusante fable inuite teintée d'humour et rendue par un court métrage d'animation qui a su conserver toute la couleur locale de la légende. Des Inuits ont prêté leurs voix pour les dialogues et les effets sonores. Ce film raconte l'histoire de ce pauvre hibou qui épouse une oie. Elle lui donne une progéniture, mais quand vient le temps pour les oies d'écouter la nature qui les appelle à la migration, papa hibou ne peut pas suivre sa famille sans risques.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Uranium
    1990|48 min

    Documentaire sur l’exploitation de l’uranium au Canada. Ce pays est le plus important producteur et exportateur d'uranium au monde. Or, les résidus des mines d'où est extrait ce métal se transforment à l'air libre en une douzaine d'autres substances radioactives dont certaines sont extrêmement dangereuses... et dont les effets sont incontrôlables.

  • Pour ne pas perdre le Nord
    2009|21 min

    Malgré de grandioses paysages qui semblent encore vierges, le Nunavut n'échappe pas aux maux du reste de la planète. Sous cette couche de neige immaculée, des montagnes de déchets de toute sorte s'entassent. À Iqualuit, on compte deux dépotoirs remplis au-delà de leur capacité et la municipalité n'a aucun plan pour remédier au problème. Certains citoyens inquiets ont décidé d'agir. À travers ces personnages, on découvre la gravité de la situation et les difficultés propres à ce territoire isolé. Mais surtout, on entend l'appel à l'action de ces citoyens qui ne veulent pas perdre leur Nord.

    Ce film a été produit dans le cadre du concours Tremplin, en collaboration avec Radio-Canada.

  • Ce pays
    2009|35 min

    Court métrage documentaire qui suit l'aventure, en mars 2007, de sept hommes et une documentariste qui entreprennent un parcours de plus de 2000 km sur le territoire le plus ingrat de la planète. Sous des températures avoisinant les -50 degrés Celsius, ils affrontent les blizzards, les labyrinthes de glaces de mer morcelées et les glaciers quasi infranchissables pour hisser un drapeau à l'extrême nord du sol canadien (à 412 km à peine du pôle Nord). Porté par la piste sonore envoûtante de la chanteuse Tanya Tagaq, originaire du Nunavut, et des images spectaculaires du paysage arctique, Ce pays de Dianne Whelan capte cette aventure épique avec réalisme.

  • Nunavut Animation Lab Qalupalik (Inuktitut Version)
    2010|5 min

    Court métrage d'animation du Labo d'animation du Nunavut. Au plus profond de l’Océan Arctique vit Qalupalik, un monstre marin à moitié humain s’attaquant aux enfants qui désobéissent à leurs parents ou aux aînés. Le jeune Angutii refuse d’aider au campement de sa famille et préfère s’amuser près du rivage... Un jour, Qalupalik le saisit et l’emporte au loin. Le père d’Angutii, un grand chasseur, doit alors entreprendre un long périple en kayak pour tenter de ramener son fils à la maison. Ame Siqiniq Papatsie fait le récit de ce conte traditionnel au moyen d’une saisissante animation image par image conçue à l’aide de découpures de cuir. Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Mon village au Nunavik (Version Inuktitut)
    1999|46 min

    Bobby Kenuajuak a 23 ans. Il habite son village de Puvirnituq, situé sur les rives de la baie d'Hudson au Nord du Québec. Le temps de trois saisons, Bobby dirige sa caméra sur ce qui fonde l'âme de son peuple: son espace, son humour, son histoire. Il refuse d'abdiquer la culture des anciens mais apprécie les avantages des incursions des gens du Sud dans le Nord. De Puvirnituq à Akulivik en passant par Maniitouk et Qikisitarvik, les bernaches font se retourner les têtes, la mer est gorgée de poissons, la toundra s'étend à perte de vue. Ce film propose un regard sans nostalgie, tourné vers le monde, d'un jeune Inuk amoureux de son village au Nunavik.

  • Inuuvunga, I am Inuk, I am Alive (Inuktitut version)
    2004|57 min

    Dans ce long métrage documentaire, huit jeunes adolescents inuit posent leur regard de cinéaste sur la vie contemporaine dans le Nord canadien et proposent un compte rendu pénétrant sur le passage à l'âge adulte à une époque de confusion et de désagrégation culturelle. Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Labo d'animation du Nunavut : Qalupalik
    2010|5 min

    Court métrage d'animation du Labo d'animation du Nunavut. Au plus profond de l’Océan Arctique vit Qalupalik, un monstre marin à moitié humain s’attaquant aux enfants qui désobéissent à leurs parents ou aux aînés. Le jeune Angutii refuse d’aider au campement de sa famille et préfère s’amuser près du rivage... Un jour, Qalupalik le saisit et l’emporte au loin. Le père d’Angutii, un grand chasseur, doit alors entreprendre un long périple en kayak pour tenter de ramener son fils à la maison. Ame Siqiniq Papatsie fait le récit de ce conte traditionnel au moyen d’une saisissante animation image par image conçue à l’aide de découpures de cuir.



    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • À l'affût du phoque sur la glace printanière - 1re partie
    2011|33 min

    Court métrage documentaire faisant partie d’une série sur le mode de vie traditionnel des Esquimaux de Netsilik. Parce qu’ils habitaient une région difficilement accessible, les Netsilik, aussi appelés « peuple des phoques », ont été les derniers Inuits à abandonner la vie nomade des chasseurs de l’Arctique. Dans cette première partie du film de Quentin Brown, nous suivons une famille qui dresse sa tente à Pelly Bay et apprête un phoque qu’elle vient de chasser, en évitant de perdre quoi que ce soit.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Qallunaat! Pourquoi les blancs sont drôles
    2006|52 min

    « Drôle? Qu’est-ce que les Blancs, que les Inuits appellent Qallunaat, ont de si drôle? Eh bien, parmi les comportements étranges qui les caractérisent, les Qallunaat échangent des inepties en guise de salutations, répriment leurs fonctions physiologiques, se plaignent constamment du froid et semblent avoir une propension à vouloir dominer le monde. Pourquoi les blancs sont drôles nous donne une belle leçon d’humilité en nous faisant ressentir ce que c’est que d’être sous la loupe de l’homme blanc. Rafraîchissant et original, ce documentaire possède la rare qualité d’éduquer avec intelligence.

  • Les derniers jours d'Okak
    1985|23 min

    Il ne subsiste que des ruines recouvertes de végétation de ce qui fut jadis la ville prospère d'Okak, un établissement inuit situé sur la côte septentrionale du Labrador. Les missionnaires moraves ont évangélisé la côte et encouragé la multiplication des établissements inuits, mais c'est aussi un navire morave qui a transporté le virus mortel de la grippe espagnole durant l'épidémie mondiale de 1919. Les Inuits de la région ont été décimés et Okak, abandonné. À travers des journaux intimes, de vieilles photos et des entrevues avec les survivants, ce film raconte l'histoire de l'épidémie, avec toutes ses horreurs, tout en se penchant sur les relations entre les Autochtones et les missionnaires.

  • Lumaaq : une légende eskimo
    1975|7 min

    Ce court métrage d’animation met en images une légende populaire inuit, qui raconte la vengeance d’un jeune aveugle dupé par sa mère. Abandonné par celle-ci, le garçon avait pu compter sur l’aide de sa sœur et l’heureuse intervention des huards. Tiré de dessins inuit originaux, ce film est présenté en inuktitut.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Le mariage du hibou : une légende eskimo
    1974|7 min

    Amusante fable inuite teintée d'humour et rendue par un court métrage d'animation qui a su conserver toute la couleur locale de la légende. Des Inuits ont prêté leurs voix pour les dialogues et les effets sonores. Ce film raconte l'histoire de ce pauvre hibou qui épouse une oie. Elle lui donne une progéniture, mais quand vient le temps pour les oies d'écouter la nature qui les appelle à la migration, papa hibou ne peut pas suivre sa famille sans risques.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Sans adresse
    1988|55 min

    Loin de chez eux, coupés de leur famille et de leurs amis, les Autochtones sans-abri de Montréal sont au cœur de ce documentaire. Comme le racontent les protagonistes de Sans adresse, le rêve d’une vie meilleure dans la grande ville peut devenir une dure réalité. Cherchant souvent à fuir une conjoncture issue du colonialisme et des effets de l’assimilation, les membres des Premières Nations et les Inuits du film exposent ouvertement l’histoire de leur vie et la voie qu’ils ont suivie pour aboutir à Montréal. Alanis Obomsawin propose ici un portrait sincère et désolant de l’itinérance endémique tout en donnant la parole à ceux qui sont si souvent négligés ou rendus invisibles dans les rues de toutes les villes canadiennes.

  • Au pays des jours sans fin
    1953|37 min

    Documentaire sur les Inuits de la terre de Baffin, pendant le court été arctique, qu'ils mettent à profit pour faire leurs provisions en vue du long hiver à venir. Dans la région de Pont Inlet dans l'île d'Alukseevee, les Inuits Tununermiut chassent le phoque ainsi que le narval et le béluga. Nous rencontrons la famille d'un chasseur, dont chaque membre a un rôle à jouer afin de survivre dans cette contrée au climat si rude.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Nunavut Animation Lab Lumaajuuq (Inuktitut Version)

    Ce court métrage d'animation du Labo d'animation du Nunavut est un récit tragique et tordu sur les risques de la vengeance. Une mère cruelle maltraite son fils, le nourissant de viande pour chiens et le forçant à dormir au froid. Un huard apprend au garçon que sa mère l'a rendu aveugle et aide l'enfant à recouvrer la vue. Pour se venger, le garçon détache le cordage de sécurité de sa mère au moment où elle harponne une baleine et la regarde se noyer. Voyant sa soeur pleurer la perte de leur mère, le garçon comprend la futilité de la vengeance. Le cinéaste recourt à une élégante animation numérique pour reprendre cette histoire inspirée de la légende épique inuk « Le garçon aveugle et le huard ». Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Nunavut Animation Lab: The Bear Facts (Version Inuktitut)
    2010|3 min

    Court métrage d'animation du Labo d'animation du Nunavut. Un explorateur colonial suffisant débarque d’un voilier et plante un drapeau dans les glaces de l’Arctique, sous l’œil stupéfait d’un chasseur inuit. L’explorateur plante un second drapeau, puis un troisième et un autre encore, pendant que le chasseur, de toute évidence peu impressionné par la « découverte » de ce territoire, reprend tranquillement ses occupations. Dans cette recréation pleine de charme et d’humour du premier contact entre Inuits et Européens, Jonathan Wright nous raconte l’histoire d’un chasseur rempli de bon sens et de l’explorateur sans ressources auquel il dame le pion. Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Nunavut Animation Lab: I Am But a Little Woman (Inuktitut Version)
    2010|4 min

    Inspiré d’un poème inuit dont le texte remonte à 1927, ce court métrage d'animation évoque en silence la beauté et la puissance de la nature, ainsi que le lien unissant une mère et sa fille. Sous le regard de sa fille, une Inuite crée une pièce murale couverte d’images du spectaculaire paysage arctique, de l’iconographie et des objets inuits traditionnels. Art et réalité ne tardent pas à se confondre. La réalisatrice Gyu Oh nous présente dans Je ne suis qu’une petite femme l’animation qu’elle a exécutée à la main et qui s’accompagne d’un chant traditionnel dont elle se fait l’interprète. Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Chroniques de notre terre natale - Flux et reflux
    2012|4 min

    Ce magnifique court métrage documentaire capte la majesté des glaces sculptées par le vent et l’eau. Des images filmées en accéléré révèlent la dynamique danse « intertidale » de l’eau et des glaces de l’Arctique.

  • Le hibou et le lemming : une légende eskimo
    1971|6 min

    Film d'animation, basé sur une légende inuit populaire, et réalisé selon les règles d'une technique qui s'apparente à celle du théâtre de marionnettes. Les décors et les chants exécutés par des artistes inuit confèrent une indéniable authenticité à ce film et contribuent à recréer l'atmosphère d'un folklore en voie de disparition.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Le hibou et le corbeau : une légende eskimo
    1973|6 min

    Court métrage d’animation mettant en scène un hibou et un corbeau. Dans un igloo construit selon les normes en usage chez les Inuit, un hibou et un corbeau tracent, avec de petits os de phoque, le contour d'un igloo miniature, puis passent à un autre divertissement qui consiste à se peindre le plumage avec de la suie jusqu'à ce que le hibou perde patience... Les marionnettes et les décors ont été fabriqués selon des dessins ou des modèles authentiques. La bande sonore, où alternent conversation et chants inuits, crée l'ambiance nécessaire au déroulement de la légende.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Chroniques de notre terre natale - Retour au bercail
    2012|5 min

    Ce court métrage documentaire suit le chauffeur Abdoul Aziz Sakho. Celui-ci fixe l’enseigne lumineuse numéro 148 sur son taxi et se prépare à une soirée de routine. Il conduira les passagers habituels vers leur destination à l’intérieur ou aux environs d’Iqaluit. Comment se douterait-il de ce qui l’attend?

  • Chroniques de notre terre natale - Traîneaux faits maison
    2012|5 min

    Ce court métrage documentaire rend hommage au savoir-faire qu’exige la fabrication traditionnelle des traîneaux et saisit dans la foulée le plaisir vivifiant de la glisse.

  • Trois mille
    2017|14 min

    Ce film expérimental fait appel aux plans d’archives et à l’animation pour faire connaître 3000 ans de culture inuite en trois chapitres : le passé, le présent et l’avenir.

  • Timuti
    2012|30 min

    Dans ce court métrage documentaire, le cinéaste inuit Jobie Weetaluktuk documente les rituels complexes qui marquent l’arrivée au monde de son neveu en racontant l’histoire attendrissante d’une jeune femme et d’une naissance imprévue. Le petit garçon sera appelé Timuti, un prénom familier au sein de la communauté d’Inukjuak, qui établit la filiation entre ses membres.

  • Shaman
    2017|5 min

    Shaman est le fruit de la première collaboration entre l’Office national du film du Canada et l’artiste inuite du Labrador Echo Henoche, qui signe ici sa première œuvre en tant qu’animatrice. Le court métrage donne vie à la légende préférée d’Echo Henoche, celle d’un ours polaire féroce transformé en pierre par un shaman, que racontait son grand-père dans son village natal de Nain, au Nunatsiavut, sur la côte nord du Labrador. Dessiné et peint à la main dans un style unique, Shaman communique le regard de l’artiste sur cette légende inuite du Labrador

  • Souffles
    2016|4 min

    « Le Grand Nord est le lieu où je me sens parfaitement moi-même. » Dans ce court métrage documentaire évocateur, l’Inuk Susan Aglukark, auteure-compositrice-interprète et humanitaire, entremêle des histoires d’artiste, de famille et d’appartenance en explorant les changements culturels complexes qui se sont produits dans la vie inuk depuis une cinquantaine d’années. Braquant sa lentille sur les turbulences causées par la transition coloniale, la réalisatrice Nyla Innuksuk examine les forces qui ont modulé la voix de la chanteuse et comment cette voix se traduit maintenant dans la nouvelle génération d’artistes inuit.

    Ce film est produit par l’ONF, en collaboration avec le Centre national des Arts et la Fondation des Prix du Gouverneur général pour les arts et spectacles, à l'occasion de la remise des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle 2016.

  • Breaths (Inuktitut Version)
    2016|4 min

    « Le Grand Nord est le lieu où je me sens parfaitement moi-même. » Dans ce court métrage documentaire évocateur, l’Inuk Susan Aglukark, auteure-compositrice-interprète et humanitaire, entremêle des histoires d’artiste, de famille et d’appartenance en explorant les changements culturels complexes qui se sont produits dans la vie inuk depuis une cinquantaine d’années. Braquant sa lentille sur les turbulences causées par la transition coloniale, la réalisatrice Nyla Innuksuk examine les forces qui ont modulé la voix de la chanteuse et comment cette voix se traduit maintenant dans la nouvelle génération d’artistes inuit. Ce film est produit par l’ONF, en collaboration avec le Centre national des Arts et la Fondation des Prix du Gouverneur général pour les arts et spectacles, à l'occasion de la remise des Prix du Gouverneur général pour les arts du spectacle 2016.

  • Three Thousand (Inuktitut Version)
    2017|14 min

    Ce film expérimental fait appel aux plans d’archives et à l’animation pour faire connaître 3000 ans de culture inuite en trois chapitres : le passé, le présent et l’avenir.

  • Mieux vaut prévenir
    2021|9 min

    Lorsque la pandémie mondiale atteint l’archipel Arctique, la cinéaste inuite Carol Kunnuk se penche sur la façon dont sa famille et sa communauté composent avec l’imposition de protocoles inhabituels. Vivante et ciblée, la bande sonore du film juxtapose aux extraits d’émissions de radio locales diffusant des consignes sanitaires en inuktitut et en anglais les douces sonorités d’enfants absorbés par leurs jeux. Ce documentaire présente un compte rendu riche, détaillé et empreint de tendresse d’une période de perturbation et d’adaptation.

  • Comment construire votre iglou
    1949|10 min

    Court métrage documentaire sur la construction des igloos. Il ne faut pas plus d'une heure et demie aux Inuits pour construire leurs « maisons de neige ». Cette architecture n'en obéit pas moins à des règles précises quant au choix du site, à la taille et à l'assemblage des blocs de neige et à la ventilation.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Pierres vives
    1958|32 min

    Court métrage documentaire tourné au cap Dorset, en Terre de Baffin, parmi les Inuits de Kingait et de Kangiyak. Selon ces Inuits, chaque pierre que recueillent les sculpteurs renferme un secret et une histoire. La sculpture inuite, découverte dans les années cinquante, fut une véritable révélation. Elle est l'expression simple et poétique d'une culture bien particulière. Mis en nomination aux Oscars en 1958.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Les Annanacks
    1964|29 min

    Dans ce court métrage documentaire, Georges Annanack, premier président de la Coopérative esquimaude de Port-Nouveau-Québec, raconte un chapitre de sa vie et de celle des Inuit de l'Ungava. Au début de 1959, les quelque 150 Inuit de Port-Nouveau-Québec voulaient quitter leur petite patrie parce qu'ils mouraient de faim, le caribou ayant disparu de la région. Une équipe du gouvernement se rendit donc sur place, rencontra les habitants et chercha avec eux de nouvelles façons de subsister en ce coin de l'Arctique qu'ils aimaient tant. On parla fabrication d'embarcations légères, pêche à l'omble, et fondation d'une coopérative, tandis que les Inuit s'initiaient avec intérêt au domaine nouveau du monde des affaires...

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Si le temps le permet
    2003|27 min

    Documentaire personnel de l'artiste Élisapie Isaac. En pleine immensité boréale, au bord de la mer Arctique, un village : Kangirsujuaq, au Nunavik. Ici, traditions et modernité se croisent quotidiennement. Les rires des enfants habitent joyeusement les rues, les jeunes carburent à la culture « du Sud », alors que les vieux tentent encore de se faire à leur étrange sédentarité. Dans cette toundra à couper le souffle, la jeune cinéaste originaire de Salluit, maintenant installée à Montréal, décide de plonger au cœur de ses origines.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Le hibou et le lemming : une légende eskimo
    1971|6 min

    Film d'animation, basé sur une légende inuit populaire, et réalisé selon les règles d'une technique qui s'apparente à celle du théâtre de marionnettes. Les décors et les chants exécutés par des artistes inuit confèrent une indéniable authenticité à ce film et contribuent à recréer l'atmosphère d'un folklore en voie de disparition.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Le hibou et le corbeau : une légende eskimo
    1973|6 min

    Court métrage d’animation mettant en scène un hibou et un corbeau. Dans un igloo construit selon les normes en usage chez les Inuit, un hibou et un corbeau tracent, avec de petits os de phoque, le contour d'un igloo miniature, puis passent à un autre divertissement qui consiste à se peindre le plumage avec de la suie jusqu'à ce que le hibou perde patience... Les marionnettes et les décors ont été fabriqués selon des dessins ou des modèles authentiques. La bande sonore, où alternent conversation et chants inuits, crée l'ambiance nécessaire au déroulement de la légende.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Labo d'animation du Nunavut : Je ne suis qu'une petite femme
    2010|4 min

    Inspiré d’un poème inuit dont le texte remonte à 1927, ce court métrage d'animation évoque en silence la beauté et la puissance de la nature, ainsi que le lien unissant une mère et sa fille. Sous le regard de sa fille, une Inuite crée une pièce murale couverte d’images du spectaculaire paysage arctique, de l’iconographie et des objets inuits traditionnels. Art et réalité ne tardent pas à se confondre. La réalisatrice Gyu Oh nous présente dans Je ne suis qu’une petite femme l’animation qu’elle a exécutée à la main et qui s’accompagne d’un chant traditionnel dont elle se fait l’interprète.



    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Labo d'animation du Nunavut : La version de l'ours
    2010|4 min

    Court métrage d'animation du Labo d'animation du Nunavut. Un explorateur colonial suffisant débarque d’un voilier et plante un drapeau dans les glaces de l’Arctique, sous l’œil stupéfait d’un chasseur inuit. L’explorateur plante un second drapeau, puis un troisième et un autre encore, pendant que le chasseur, de toute évidence peu impressionné par la « découverte » de ce territoire, reprend tranquillement ses occupations. Dans cette recréation pleine de charme et d’humour du premier contact entre Inuits et Européens, Jonathan Wright nous raconte l’histoire d’un chasseur rempli de bon sens et de l’explorateur sans ressources auquel il dame le pion.



    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Mon village au Nunavik
    1999|47 min

    Ce documentaire propose un regard sans nostalgie, tourné vers le monde, d'un jeune Inuk amoureux de son village au Nunavik. Bobby Kenuajuak a 23 ans. Il habite le village de Puvirnituq, situé sur les rives de la baie d'Hudson au Nord du Québec. Le temps de trois saisons, Bobby dirige sa caméra sur ce qui fonde l'âme de son peuple: son espace, son humour, son histoire. Il refuse d'abdiquer la culture des anciens mais apprécie les avantages des incursions des gens du Sud dans le Nord. De Puvirnituq à Akulivik en passant par Maniitouk et Qikisitarvik, les bernaches font se retourner les têtes, la mer est gorgée de poissons, la toundra s'étend à perte de vue.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Inuuvunga - Je suis Inuk. Je suis vivant
    2004|57 min

    Dans ce long métrage documentaire, huit jeunes adolescents inuit posent leur regard de cinéaste sur la vie contemporaine dans le Nord canadien et proposent un compte rendu pénétrant sur le passage à l'âge adulte à une époque de confusion et de désagrégation culturelle.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Îlot
    2003|7 min

    Court métrage d’animation dépeignant un monde où les baleines tombent du ciel et où les poissons se transforment en ballons; un univers monochrome, en prise directe sur le réel, égayé par la fantaisie du conteur. Entre réalisme magique et abstraction figurative, ce petit conte pour humains esquisse un appel à la vigilance pour mieux évoquer cet Arctique qui se fragmente et se livre à l'océan, un peu plus chaque année. Le cinéaste Nicolas Brault a conçu à même une tablette graphique cette ode au Grand Nord et à ses habitants alors qu’il se trouvait à bord du Sedna IV.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Moi, je fais de l'art comme Andrew Qappik
    2005|11 min

    Série de six courts métrages, qui jette un regard d'enfant sur un groupe éclectique d'artistes canadiens en arts visuels. Andrew Qappik est un graveur inuit de renommée mondiale vivant à Pangnirtung, au Nunavut. D'abord inspiré par les images des bandes dessinées qu'il lisait quand il était enfant, Andrew puise aujourd'hui ses sujets dans les histoires, les traditions et les événements quotidiens de son univers.

    Dans Moi, je fais de l'art comme Andrew Qappik, il fascine les élèves en créant sous leurs yeux une gravure en relief en utilisant une pierre à savon comme support. Puis, c'est au tour des enfants. Explorant l'imagerie symbolique d'Andrew, ils créent dans la mousse de polystyrène une gravure en relief représentant leur autoportrait.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • À la recherche de la baleine franche
    1974|49 min

    Documentaire de Bill Mason, gagnant d’une dizaine de prix internationaux, il a été tourné dans les eaux du Nord en 1974, et suit une expédition de scientifiques étudiant les caractéristiques physiques et comportementales des baleines franches, menacées d’extinction. Le phoque, le morse et l’ours polaire sont également étudiés.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Labo d'animation du Nunavut : Lumaajuuq

    Ce court métrage d'animation du Labo d'animation du Nunavut est un récit tragique et tordu sur les risques de la vengeance. Une mère cruelle maltraite son fils, le nourissant de viande pour chiens et le forçant à dormir au froid. Un huard apprend au garçon que sa mère l'a rendu aveugle et aide l'enfant à recouvrer la vue. Pour se venger, le garçon détache le cordage de sécurité de sa mère au moment où elle harponne une baleine et la regarde se noyer. Voyant sa soeur pleurer la perte de leur mère, le garçon comprend la futilité de la vengeance. Le cinéaste recourt à une élégante animation numérique pour reprendre cette histoire inspirée de la légende épique inuk « Le garçon aveugle et le huard ».



    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • L'homme et le géant : une légende eskimo
    1975|7 min

    Tiré de la riche culture mythologique du Nord canadien, ce court métrage de fiction mélange des scènes réelles et des séquences d'animation pour raconter l'histoire d'un chasseur qui fuit la femme d'un géant qu'il vient de tuer. Son imagination et sa ruse lui permettent de se sortir à bon compte d'une certaine situation. Des chants de gorge accompagnent ce film sans paroles.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Kamik
    1991|14 min

    Court métrage d'animation sur une Inuit nommée Ulayok Kaviok. Cette femme apprécie tout le confort apporté par les Blancs. Mais dès qu'arrive le printemps, elle attelle ses chiens et retourne planter sa tente dans la toundra pour y recueillir des œufs d'oies sauvages ou braquer son fusil sur un phoque dont la peau lui fournira la matière première pour la confection des Kamik, ces bottes magnifiques qui ont assuré la survie de générations de chasseurs. Kamik, un film étonnant sur la rencontre de deux modes de vie en apparence diamétralement opposés.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Kénojouak, artiste esquimau
    1964|19 min

    Court métrage documentaire sur Kénojouak, une artiste inuite, qui est aussi une épouse et une mère. L'artiste recrée sur peaux de phoque et blocs de pierre les étranges créatures qui peuplent son univers. Ce film donne aussi une idée du caractère et des mœurs des artistes du Grand Nord et du rôle humanitaire que joue, en ces terres de glaces, la Coopérative de la terre de Baffin.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Si le temps le permet (version inuktitut)
    2003|0 s

    Documentaire personnel de l'artiste Élisapie Isaac. En pleine immensité boréale, au bord de la mer Arctique, un village : Kangirsujuaq, au Nunavik. Ici, traditions et modernité se croisent quotidiennement. Les rires des enfants habitent joyeusement les rues, les jeunes carburent à la culture « du Sud », alors que les vieux tentent encore de se faire à leur étrange sédentarité. Dans cette toundra à couper le souffle, la jeune cinéaste originaire de Salluit, maintenant installée à Montréal, décide de plonger au coeur de ses origines.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

  • Tuktu et les chiens esquimaux
    1969|14 min

    Court métrage documentaire qui nous démontre comment les Inuit se servent de leurs chiens, en hiver et en été : jeunes chiens, chiens de traîneau et chiens servant de bêtes de somme. Les bêtes peuvent aussi servir à la chasse et nous voyons l'une d'elles découvrir, grâce à son flair, les trous par lesquels le phoque vient respirer quand la surface gelée de la mer est recouverte d'une épaisse couche de neige.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Tuktu et les épreuves de force
    1969|14 min

    De robustes et audacieux chasseurs inuits se livrent des combats de boxe, pratiquent la lutte de traction à la corde et d'autres sports violents pour montrer leur force et la mettre à l'épreuve. Dans ce court métrage documentaire, nous assistons à la danse des Inuit, rythmée par le tambour, et nous voyons à quel point ils ont le sens de la poésie et du rythme.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Tuktu et la pêche à la foène
    1969|14 min

    Dans ce court métrage documentaire, Tuktu accompagne les pêcheurs qui se rendent en expédition à un ancien barrage fait de rochers. Il voit son père et d'autres chasseurs harponner les poissons en grande quantité. Il observe comment son père et son oncle s'y prennent pour faire du feu avec la baguette à archet des Inuit.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Tuktu et l'arc magique
    1968|14 min

    Court métrage documentaire de la série Tuktu, sur le mode de vie inuit. À une époque reculée, les Inuit se servaient d'arcs et de flèches pour chasser. Nous assistons à la fabrication d'un arc et voyons comment ces hommes développaient leur adresse au tir à l'arc à la façon ancienne, en prenant pour cibles des bonshommes et des ours de neige. Durant cette épreuve, c’est le père de Tuktu qui se révèle le tireur le plus adroit.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Tuktu et le grand phoque
    1969|14 min

    Court métrage documentaire de la série Tuktu, sur le mode de vie inuit. Après avoir été harponné par le père de Tuktu, un grand phoque s'échappe. Peut-être s'agit-il du phoque qui, jusque-là, avait évité le harpon d'autres chasseurs? Peu importe, le père de Tuktu réussira à ramener un phoque à l'igloo pour nourrir sa famille.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Tuktu et la chasse au caribou
    1969|14 min

    Court métrage documentaire de la série Tuktu, sur le mode de vie inuit. Lorsque le caribou traverse les petits lacs pour gagner de nouveaux pâturages, les Inuit montent dans leurs kayaks pour le chasser. Le père de Tuktu n'a pas eu de chance au cours de la chasse et un caribou a évité sa lance. Nous le voyons cependant ramener un caribou au campement et le film se termine autour d’un grand feu en plein air et un festin, auquel participe tout le monde, y compris Tuktu.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : Transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • À l'affût du phoque sur la glace printanière - 2e partie
    2011|33 min

    Un phoque sort d'une mare d'eau, tandis que le chasseur taille un os pour son harpon et que la femme coud une moufle, tous deux mangeant du poisson congelé. Son harpon réparé, le chasseur traque le phoque toute la nuit et il le manque par deux fois. Il ramasse alors des oeufs de mouette sur une falaise et la famille quitte la région.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • À l'affût du phoque sur la glace printanière - 1re partie
    2011|33 min

    Court métrage documentaire faisant partie d’une série sur le mode de vie traditionnel des Esquimaux de Netsilik. Parce qu’ils habitaient une région difficilement accessible, les Netsilik, aussi appelés « peuple des phoques », ont été les derniers Inuits à abandonner la vie nomade des chasseurs de l’Arctique. Dans cette première partie du film de Quentin Brown, nous suivons une famille qui dresse sa tente à Pelly Bay et apprête un phoque qu’elle vient de chasser, en évitant de perdre quoi que ce soit.

    Ce film fait partie du projet Unikkausivut. Procurez-vous le coffret DVD Unikkausivut : transmettre nos histoires.

    Nous tenons à préciser que le présent film constitue un document d’archives et qu’on y utilise le terme « Esquimau », désuet et offensant. L’origine du mot prête à controverse, mais celui-ci n’est plus en usage au Canada : le Conseil circumpolaire inuit l’a officiellement rejeté en 1980 et l’ONF ne l’utilise plus depuis des décennies. Il y a donc lieu de considérer ce film, présenté ici en version originale, comme une capsule témoin d’une époque révolue. L’ONF s’excuse auprès des spectatrices et des spectateurs que l’utilisation de ce mot pourrait offusquer.

  • Chroniques de notre terre natale - Si l’on veut se marier, il faut apprendre à construire un igloo
    2012|5 min

    Fidèle à l’esprit du classique de l’ONF, Comment construire votre iglou, paru en 1949, ce court métrage documentaire nous présente Dean Ittuksarjuat, occupé à bâtir la traditionnelle habitation inuk. De la première entaille du couteau à neige, à la sculpture de l’entrée une fois posé le dernier bloc sur le toit, nous observons ce fascinant processus de l’intérieur et de l’extérieur.