César et son canot d'écorce

Documentaire qui nous livre les étapes de la construction d'un canot à la manière atikamekw. Un art de plus en plus oublié, même chez les Amérindiens qui l'inventèrent pourtant. César Newashish, Atikamekw de 67 ans habitant la réserve de Manouane aux confins de la Haute-Mauricie, construit un canot d'écorce à la manière d'antan, n'utilisant que l'écorce du bouleau, les planches du cèdres, les racines de sapin et la sève gommante. Film sans paroles.

Extrait de la sélection : Identités et territoires

Film sans narration dans lequel le cinéaste observe patiemment le travail d’un Amérindien qui construit son canot entièrement avec les matériaux de la forêt. La valeur de ce film est d’abord de fixer sur pellicule un art en voie de disparition, car César est l’un des derniers Attikameks sachant construire un canot d’écorce. Film d’une grande simplicité et pourtant captivant, car pour chaque élément que l’homme tire de la forêt - écorce, bois, résine, racines - on se demande ce qu’il va en faire et on suit attentivement ses gestes. Le canot prend forme sous nos yeux, produit fabuleux d’une culture dont les connaissances et la créativité étaient si profondément ancrées dans le milieu naturel.

— Nicolas Renaud

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservées aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs!

En savoir plus   Déjà abonnés? Connectez-vous.

Commentaires

  • rvleper

    «je suis surpris de prendre Monsieur Hubert Reeves en défaut, en effet dans le documentaire "Conteur d'histoires" Mr. Reeves parle à juste titre de l'existence "passée" des choses que nous regardons,en parlant du visage de son interlocuteur, il transporte ce raisonnement vers le Soleil et prétend que le couché de soleil que nous admirons a eu lieu huit minutes avant car la lumière met ce temp pour nous parvenir de l'astre. Je suis désolé de dire que Mr. Reeves confond la distance qui nous sépare du soleil avec celle de la ligne d'horizon ou a eu lieu la disparition du soleil, soit pour le cas 20 Km. maximum. J'ai du expliquer à mon petit fils la ,réalité des choses et lui apprendre que l'erreur est humaine qui que nous soyons. Mr. Reeves je vous renouvel toute mon admiration et ma confiance merci pour ce que vous faite. rvleper à Brest Bretagne. » — rvleper, 1 Jul 2010

Discussion Veuillez vous connecter pour ajouter votre commentaire
Vous n'êtes pas membre? Cliquez ici

Générique du film

réalisateur
Bernard Gosselin
images
Bernard Gosselin
producteur
Paul Larose
son
Serge Beauchemin
montage
Monique Fortier
mixage
Roger Lamoureux
musique
Maurice Blackburn

Trouvez des films semblables