Le chat dans le sac

  • ONFB,
  • ,
  • 73 min 54 s

Premier long métrage de fiction de Gilles Groulx, dans lequel il intègre les méthodes du direct. Le casting est composé d’acteurs non professionnels, les dialogues sont improvisés et le tournage en continuité réalisés dans des décors naturels assurent la spontanéité et l’authenticité propres aux productions documentaires. À travers la confrontation d’un couple dans la vingtaine, ce film pose la grande question de l'accession à la maturité politique du peuple québécois telle que perçue par un cinéaste épris d'idéal et d'absolu.

Extrait de la sélection : Le cinéma direct à l’ONF ou la consolidation de l’équipe française

Premier long métrage de Gilles Groulx, où le réalisateur intègre au film de fiction les méthodes du direct, qu’il a lui-même contribués à développer. Il fait appel à des acteurs non professionnels, utilise des dialogues improvisés, tourne en continuité et dans des décors naturels afin de retrouver la spontanéité et l’authenticité de ses films documentaires.

— Marc St-Pierre

Extrait de la sélection : Marcel Carrière, récipiendaire du prix Albert-Tessier 2011

Premier long métrage de fiction de Gilles Groulx, dans lequel il intègre les méthodes du direct. Le casting est composé d’acteurs non professionnels, les dialogues sont improvisés et le tournage en continuité réalisés dans des décors naturels assurent la spontanéité et l’authenticité propres aux productions documentaires. À travers la confrontation d’un couple dans la vingtaine, ce film pose la grande question de l'accession à la maturité politique du peuple québécois telle que perçue par un cinéaste épris d'idéal et d'absolu.

— Marc St-Pierre

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservées aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs!

En savoir plus   Déjà abonnés? Connectez-vous.

Générique

Le générique n'est pas disponible

Commentaires

  • carlophile

    «De Gilles Groulx, le meilleur iflm disponible sur ce site; à mon avis, le meilleur aussi pour découvrir ce cinéaste. Le personnage de Claude est sans compromis comme l'Antigone d'Anouilh. Ici, idéalisme, aspirations, franc-parler et beaucoup de propos intelligents comme celui de Jean V. Dufresne, le mémorable journaliste que j'ai revu et entendu avec beaucoup de joie durant ce visionnement.» — carlophile, 28 Avr 2010

Discussion Veuillez vous connecter pour ajouter votre commentaire
Vous n'êtes pas membre? Cliquez ici