Ça n'est pas le temps des romans

Ça n'est pas le temps des romans

| 28 min
Votre location se termine le

Fiction mettant en vedette Monique Mercure et Marc Favreau. Au milieu des plaisirs de l'été et des ébats de ses enfants, une jeune femme s'interroge sur la signification de sa vie d'épouse et de mère et sur ses chances de bonheur. Tourné au cours des années 1960, ce film dépeint, dans une atmosphère empreinte de romantisme, une situation universelle et combien actuelle.

Ce court métrage écrit et réalisé par Fernand Dansereau remporte, en 1968, le prix du meilleur film aux 13e Journées internationales des films de court métrage de Tours en France. Cette récompense vient mettre un peu de baume sur des années difficiles pour le réalisateur. Une atmosphère d’hostilité et un accueil mitigé avaient entouré la sortie de son film précédent, Le festin des morts, qu’on accusait de perpétuer le mythe de l’indien sauvage et sanguinaire.

Marc St-Pierre
De la sélection : Fernand Dansereau, pionnier de la production française

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservés aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs! En savoir plus

Déjà abonné? Connectez-vous

Ajouter ce code à votre site

Largeur de la vidéo :

par (( height )) Réinitialiser
Générique
  • réalisateur
    Fernand Dansereau
  • scénario
    Fernand Dansereau
  • caméra
    Thomas Vamos
  • son
    Michel Hazel
  • montage sonore
    Marguerite Payette
  • mixage
    Ron Alexander
    Roger Lamoureux
  • musique
    Georges Dor
  • interprète
    Marc Favreau
    Monique Mercure

  • Sohny

    Marc Favreau... Monique Mercure... Ce court métrage est magnifique.

    Sohny, 26 Sep 2012
  • carlophile

    Sur un air de chanson de Georges Dor, "Si tu venais dans ma maison", une porte d'entrée d'un roman du quotidien tout en nature et en naturel. J'ai bien aimé la part de rêve qui s'y pointe et les questions qui s'y posent. Grand court métrage. Ici, notre grande Monique Mercure est magnifique en tous les sens.

    carlophile, 3 Avr 2010