Au bout de ma rue

Docufiction racontant l'histoire charmante d'un gamin vivant dans le centre-sud de Montréal, qui profite d'un jour de congé pour prendre la poudre d'escampette. Il découvrira le bord de l'eau, l'horizon élargi du grand fleuve Saint-Laurent et l'activité fourmillante du port de Montréal. Le film nous montre un aspect souvent oublié de Montréal, tel qu'il était en 1958.

Extrait de la sélection : La mémoire d'une ville

Des images d’un quartier populaire et du port de Montréal vus par le petit Robert d’une autre époque.

— Luc Bourdon

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservées aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs!

En savoir plus   Déjà abonnés? Connectez-vous.

Commentaires

  • carlophile

    «Film impressionniste sans paroles, sauf une brève introduction, qui met en scène un jeune garçon qui, s'enuyant, décide d'explorer les environs de son quartier et le port de Montréal. Agréable à voir surtout pour la qualité et la netteté des images en noir et blanc. Une valorisation des bienfaits de la rêverie surtout quand elle met en marche.» — carlophile, 20 Mar 2010

Discussion Veuillez vous connecter pour ajouter votre commentaire
Vous n'êtes pas membre? Cliquez ici

Générique du film

réalisateur
Louis-Georges Carrier
scénario
Louis-Georges Carrier
producteur
Léonard Forest
images
Michel Brault
montage
Marc Beaudet
Victor Jobin
mixage
Ron Alexander
musique
Maurice Blackburn

Trouvez des films semblables