Pour quelques arpents de neige

Pour quelques arpents de neige

Votre location se termine le

Documentaire relatant l'arrivée au port de Halifax de nouveaux immigrants européens au début des années 1960. On les suit ensuite dans le train qui les conduit à travers un pays désertique et enneigé vers leurs nouvelles destinations.

Film destiné à la télévision qui est présenté sur les ondes de Radio-Canada le 24 avril 1962 dans le cadre de la série Temps présent, principale fenêtre de diffusion des films de l’équipe française à l’époque. Plus proche du reportage télévisuel que du documentaire, le film veut capter les premières réactions des immigrants nouvellement arrivés au Canada, à l’occasion du voyage en train qui les mène de Halifax à Montréal.

Marc St-Pierre
De la sélection : La diversité culturelle : un regard en quatre temps

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservés aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs! En savoir plus

Déjà abonné? Connectez-vous

Ajouter ce code à votre site

Largeur de la vidéo :

par (( height )) Réinitialiser
Générique
  • réalisateur
    Georges Dufaux
  • scénario
    Georges Dufaux
  • réalisateur
    Jacques Godbout
  • scénario
    Jacques Godbout
  • producteur
    Fernand Dansereau
  • images
    Gilles Gascon
    Georges Dufaux
  • son
    Marcel Carrière
  • montage
    Jacques Godbout
    Georges Dufaux
    Monique Fortier
  • montage sonore
    Ron Alexander
  • mixage
    Ron Alexander
  • montage sonore
    Roger Lamoureux
  • mixage
    Roger Lamoureux

  • carlophile

    1960, à partir du port d'Halifax, on accompagne des immigrants qui arrivent en masse. J'ai beaucoup aimé les bruits de fond, le brouhaha, les langues diverses, les chants, tout ce brassage sonore qui symbolise bien le remue-ménage intérieur de l'immigration. Dans le même train, des visages réjouis, soucieux ou pensifs disent: je suis arrivé, en route, en attente ou encore près de mes racines qui sont maintenant loin derrière moi. Immigrer, bien plus qu'en voyage, c'est espérer.

    carlophile, 23 Avr 2010