Télesphore Légaré, garde-pêche

Documentaire sur la vie quotidienne d'un garde-pêche et de son épouse, en plein coeur de la forêt québécoise. Les époux vivent dans l'isolement le plus complet, sauf le dimanche pour aller à la messe au village de Sainte-Perpétue, quand le temps le permet, et pour rendre visite à un couple ami. Les Légaré commentent eux-mêmes les images de ce documentaire.

Extrait de la sélection : Identités et territoires

Simple portrait d’un couple âgé vivant dans les bois, ce film peu connu réunit une jeune équipe émérite de cette époque de l’ONF : réalisation de Claude Fournier, images de Michel Brault, production de Léonard Forest et musique de Robert Fleming. La caméra de Brault s’attache particulièrement aux scènes de nuit, suivant le fanal à la brunante, scrutant les visages sous les lampes à l’huile. Dans un intéressant procédé narratif, les deux protagonistes commentent le film après-coup en se regardant à l’écran. Ce film nous offre le document d’un temps révolu : le couple Légaré subvient à tous ses besoins de façon autosuffisante et atèle le cheval à la carriole pour se rendre à la messe du dimanche. Puis il témoigne d’une occupation qui fut le lot de plusieurs Québécois attirés par la vie en forêt à l’époque : guide et garde-pêche pour des clubs privés, surveillant l’intrusion des habitants des alentours qui voudraient y prélever poissons et gibiers, s’occupant de « Monsieur le docteur » venu se reposer en pêchant quelques truites.

— Nicolas Renaud

Commentaires

  • Rosanne

    «tout simplement merveilleux,j adore ce qui se dégage de ce documentairela forêt merveilleuse et son lac tout simplement sublime!!! m et mme Légaré avait l air très heureux je les envies d avoir connu de vivre en pleine forêt loin de tout,je sais que c est dans l ancien temps mais j ai toujours dit que même si la vie était rude dans ce temps là,les vrai valeurs y était,aujourd hui on vit dans un monde désabusé ca m attriste!» — Rosanne, 31 Mai 2010

  • carlophile

    «Histoire toute simple. Belles images d'arbres en lumière de Michel Brault. Procédé intéressant: Monsieur et Madame Légaré commentent souvent les images du film qui les met en scène. Le bois n'est pas l'écorce de leur vie, mais sa sève; c'est sûrement pourquoi Monsieur veut y mourir. Le plus beau à mes yeux est ce qui suit. Comme dans Les dernières fiançailles de Jean-Pierre Lefebvre, malgré le tic-tac de l'horloge et les mots échangés, le silence, c'est le plus souvent l'air de leur maison. Et la forêt ou le bois extérieur emplit leur espace et les pensées qui s'y développent.» — carlophile, 16 Avr 2010

Discussion Veuillez vous connecter pour ajouter votre commentaire
Vous n'êtes pas membre? Cliquez ici

Générique du film

réalisateur
Claude Fournier
producteur
Léonard Forest
images
Michel Brault
montage
Édouard Davidovici
montage sonore
Pierre Lemelin
mixage
Ron Alexander
musique
Robert Fleming

Trouvez des films semblables