Les grands jazzmen et les films de l’ONF

Les grands jazzmen et les films de l’ONF

Montréal vibre au rythme du jazz du 28 juin au 8 juillet 2017. Saviez-vous que la musique de certains des plus grands jazzmen du monde se retrouve dans des films de l’ONF? Des pièces composées expressément pour un film. Des enregistrements inédits à la demande d’un cinéaste. Découvrez cette sélection, dans laquelle vous entendrez des œuvres de John Coltrane, Oscar Peterson et Ornette Coleman.

Marc St-Pierre

Marc St-Pierre a étudié le cinéma, le théâtre et la philosophie. Il est conservateur de collection à l’Office national du film du Canada depuis 2004.

  • Oscar

    Oscar Peterson (1925-2007) Né à Montréal, dans le quartier Saint-Henri, Oscar Peterson est considéré comme l’un des plus grands pianistes de jazz de tous les temps. Compositeur prolifique, célèbre pour sa vitesse d’exécution, sa dextérité remarquable, sa technique précise, ornementée, son style éblouissant et ses capacités rythmiques exceptionnelles, il s’est surtout produit avec son propre groupe, The Oscar Peterson Trio. Il a aussi partagé la scène avec les plus grands du jazz, comme Ella Fitzgerald, Charlie Parker, Dizzy Gillespie et Louis Armstrong. À l’aide d’images d’archives et de séquences animées, la cinéaste Marie-Josée Saint-Pierre propose un portrait intimiste et sensible de cet artiste de génie.

  • Le chat dans le sac
    1964|1 h 14 min

    John Coltrane (1926-1967) Si Ascenseur pour l’échafaud (1958) de Louis Malle reste indissociable de la musique de Miles Davis, on peut en dire autant du Chat dans le sac (1964) de Gilles Groulx et de celle de John Coltrane. L’histoire de cette collaboration entre ce géant du jazz et ce cinéaste de grand talent, mais parfaitement inconnu à l’époque, est incroyable! En juin 1964, Groulx se rend au studio de Rudy Van Gelder à Englewood Cliffs, au New Jersey. Cinq pièces tirées du répertoire de Coltrane sont enregistrées par le jazzman américain et ses musiciens expressément pour le film. « Traneing in » (John Coltrane with the Red Garland Trio, 1958), « Naima » (Giant Steps, 1959), « Village Blues » (Coltrane Jazz, 1961), « Like Sonny » (Coltrane Jazz, 1961) et « Out of This World » (Coltrane, 1962) rebaptisée « Blue World » pour l’occasion, composent la bande sonore du Chat. Une association exceptionnelle, un grand film, qui marque l’entrée du cinéma québécois dans la modernité.

  • Caprice en couleurs

    Oscar Peterson (1925-2007) Regarder Caprice en couleurs est bien sûr l’occasion de voir un film exceptionnel, dans lequel Norman McLaren et Evelyn Lambart repoussent les limites de la technique d’animation de la peinture sur pellicule, mais c’est aussi la possibilité d’entendre trois compositions inédites d’Oscar Peterson. En effet, de 1945 à 1949, le pianiste exécute, pour RCA Victor, trente-deux pièces, réunies plus tard dans une compilation intitulée The Complete Young Oscar Peterson (1945-1949), mais celles qui composent la trame sonore de Caprice en couleurs n’y figurent pas. Enregistrées au studio de Renaissance Films à Montréal en février 1949, ces trois pistes, qui ne comportent pas de titre, constituent un précieux témoignage audio des premières années de création d’Oscar Peterson à Montréal.

  • La fiction nucléaire
    1978|1 h 26 min

    Ornette Coleman (1930-2015) La musique du saxophoniste, trompettiste et compositeur Ornette Coleman n’est pas la plus accessible de cette sélection. Grand précurseur du free jazz, Coleman a toujours cherché à rompre avec les conventions du jazz ou à les pousser plus loin. Les pièces entendues dans cet excellent film de Jean Chabot sorti en 1979, moment où le Québec s’interroge encore sur une possible utilisation du nucléaire, sont tirées du disque Skies of America, enregistré en 1972 avec le London Symphony Orchestra.