Mieux comprendre l’orientation sexuelle et l’identité de genre (13 ans et +)

Mieux comprendre l’orientation sexuelle et l’identité de genre (13 ans et +)

Groupe d’âge : De 13 à 18 ans
Thèmes liés au curriculum : Arts du langage, éducation civique, diversité et pluralisme, éducation familiale

Quiconque habite cette planète vivra de diverses façons l’expérience du genre et de la sexualité. La présente sélection invite le public à réfléchir à la multitude d’histoires qui touchent de près les personnes et les communautés 2SLGBTQIA+ afin de mieux les comprendre et de leur témoigner plus d’empathie. Les films proposés favorisent en outre de franches conversations sur le sens que revêt pour chaque personne l’expérience du genre et de la sexualité.

Cette sélection aidera particulièrement le personnel enseignant du secondaire à mettre en question les propos remplis de préjugés et de stéréotypes sur les personnes 2SLGBTQIA+, tout en ajoutant une dimension plus complexe à l’expérience des gens qui estiment faire partie de cette communauté. À mesure qu’évolueront leur compréhension et leurs découvertes en ce qui a trait au genre et à la sexualité, les élèves trouveront dans ces films de précieux outils, puisqu’ils leur permettront de s’y reconnaître ou d’y reconnaître leurs proches, de développer leur capacité à discuter de ces sujets et de manifester plus d’empathie à l’égard des gens dont la vie peut se révéler différente de la leur.

Dans l’ensemble, ces films rejoignent de nombreux aspects du curriculum et portent sur une vaste gamme de sujets : vécu des personnes réfugiées au Canada, propos homophobes et leurs conséquences, affirmation de son homosexualité dans le monde du sport, premier amour. De façon plus large, ils s’interrogent sur ce que signifie le fait de se sentir (ou non) en sécurité et d’adopter (ou non) une attitude inclusive. Ils mettent en lumière le caractère intersectionnel du genre, de la sexualité, de la race, de l’identité culturelle, de l’âge, de la capacité et du statut de personne immigrante ou réfugiée. Ils élargissent le sens et le rôle du langage dans les discussions sur le genre et la sexualité. Ils ajoutent à la définition du concept de famille. Ils présentent les combats et les joies que comporte le fait d’appartenir à la communauté 2SLGBTQIA+ ou d’entretenir un lien avec une personne qui en fait partie.

Les films offrent aussi de multiples points d’entrée aux membres du corps enseignant qui souhaitent mieux comprendre la diversité de leurs cohortes et aider les élèves à saisir la pluralité de leur univers.

Destinée aux jeunes, la page Jeunesse du Guide de ressources LGBT de Gai Écoute offre une foule d’informations qui pourront les aider et leur être utiles.

  • J'aime les filles
    2016|8 min

    Dans ce court métrage de la bédéiste et cinéaste d’animation québécoise Diane Obomsawin (alias Obom), Charlotte, Mathilde, Marie et Diane racontent avec franchise et candeur leurs premières histoires d’amour. Du coup de foudre à sens unique à l’attirance mutuelle, pour chacune d’entre elles, le moment de l’éveil sexuel a rejoint une prise de conscience identitaire : la découverte du désir homosexuel!

    Vous aimez ce film? Affichez vos couleurs en vous procurant l'un de ces articles à son effigie!

  • TONDOC.COM - Hors du placard
    2011|4 min

    Dans ce court métrage documentaire réalisé dans le cadre du projet Ton Doc, des élèves fondent un groupe Alliance gai-hétéro.

  • Beautés
    2018|23 min

    Dans un monde qui aime délimiter clairement la place de chacun, quiconque souhaite définir plus largement la notion de genre doit s’armer de courage : il en faut beaucoup, pour comprendre et accepter. Le documentaire Beautés, de Christina Willings, examine la vie de cinq enfants qui réinventent le concept de genre, chacun tentant de déterminer ce que signifie pour lui être un humain à part entière. Revendiquer un genre à soi lorsque tout nous pousse à entrer dans le moule tient du défi, un défi parfois redoutable. Heureusement, famille et amis apportent leur soutien. Des éléments d’animation — images de pieuvres, d’astronautes et autres — flottent librement à l’écran, rassemblant les expériences communes des enfants en magnifiques fantaisies qui célèbrent le pouvoir de l’imagination et de l’autodétermination. Enjoué, maladroit, affectueux et courageux, chacun de ces enfants remarquables a trouvé sa voie vers la liberté et a su donner son sens profond à l’expression «être soi-même».

  • Je suis gai
    2020|10 min

    Après avoir travaillé à l’étranger pendant cinq ans, le cinéaste Ajahnis Charley rentre chez lui à Oshawa, en Ontario, en période d’isolement. Il revient pour retrouver sa famille et s’est donné pour mission de lui faire certaines révélations très personnelles. La situation donne lieu à d’étonnantes conversations avec sa mère et ses trois sœurs d’où émerge un récit teinté d’humour, mais non moins déchirant sur ce besoin que nous avons de chercher l’amour et l’acceptation auprès de notre famille.

    Ce film fait partie de la collection La courbe : des histoires de distanciation sociale qui nous rapprochent. Cliquez ici pour en voir plus.

  • Niish Manidoowag (Deux Esprits)

    Quatre jeunes, dont deux bispirituels, empruntent le chemin Bebamikawe sur le Territoire non-cédé de Wiikwemkoong et discutent des obstacles qu’ielles ont dû surmonter au sein même de leur communauté. Leur identité de genre leur faisant connaître une autre façon de vivre leur culture. Bien avant que les colons arrivent sur l’île de la Tortue (Amérique du Nord), il existait au sein de nombreuses communautés tribales des êtres bispirituels. Ces personnes étaient révérées et traitées avec respect et vues comme des égaux. On appréciait leur sagesse, pouvoirs guérisseurs et visions. Des cérémonies célébrant la puberté étaient organisées où un enfant devait entrer dans une hutte et choisir entre un arc et un panier. L’item choisi devait le guider quant à son choix de suivre le chemin de la fémininité ou de la masculinité. Ces sociétés bispirituelles ont disparu avec l’arrivée des colons. Mais elle renaît… Niish Manidoowaq raconte les enjeux auxquels devront faire face les jeunes transgenres au cours de leur vie. Nous honorons toutes les personnes LGBTQ de ce monde.

  • Franchir la ligne
    2018|1 h 20 min

    MISE EN GARDE : Ce film aborde les thèmes du suicide et des comportements autodestructeurs.

    Dans le sport amateur et professionnel, l’homosexualité reste taboue. Peu d’athlètes osent sortir du placard de peur d’être stigmatisés. Une pression s’ajoute à celle de la performance : affirmer ou non son orientation sexuelle. Brisant l’omerta qui règne sur le terrain, sur la glace ou dans le vestiaire, Franchir la ligne pose un regard touchant et inédit sur quelques-uns de nos athlètes gais et lesbiennes qui dévoilent au grand jour un pan de leur vécu. Au nom de la relève sportive, ils cassent les préjugés.

  • Une dernière chance
    2012|1 h 24 min

    Ce long métrage documentaire suit le parcours de cinq demandeurs d’asile au Canada qui ont fui leur pays d’origine pour échapper à la violence homophobe. Se heurtant aux difficultés de l’intégration et craignant d’être déportés, ils attendent dans l’angoisse la décision qui bouleversera leur vie. Mais tous veulent croire à la générosité de leur terre d’accueil.

  • Je les aime encore
    2010|13 min

    Avertissement : Thèmes adultes. Toute la vie de Michel s'est centrée sur une seule chose : l'Amour. Après soixante-dix-neuf ans de conquêtes, il vit difficilement sa dernière rupture. Petite traversée en compagnie de cette personne transgenre qui, par ses confidences, soulève des thèmes universels comme l'identité, le sexe, la mort, l'amour et la vieillesse.