Speak White

Court métrage réalisé à partir d’un poème de Michèle Lalonde, créé en 1970 à l’occasion de de la première Nuit de la poésie à Montréal. Le texte se déroule sur un montage de photos chocs appuyées d'une trame sonore suggestive, dans un film dénonçant l'impérialisme économique et culturel des classes dominantes.

Ce film traite d'un sujet controversé. Pour un public averti

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservées aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs!

En savoir plus   Déjà abonnés? Connectez-vous.

Générique du film

réalisateur
Pierre Falardeau
Julien Poulin
producteur
Robert Forget
caméra
Raymond Dumas
son
Louis Hone
mixage
Louis Hone
musique
Julien Poulin

Trouvez des films semblables

Commentaires

  • Lepoupou

    «Chaque fois que j'entends ce poème, je pleure. De rage, de colère et dernièrement, de désespoir. Parce que malheureusement, il est toujours d'actualité, ici et ailleurs.» — Lepoupou, 28 Nov 2014

  • LaurentDesbois

    «Les Orangistes étaient le bras canadien du KKK… contre les nègres blancs Francophones!!!! Il y avait des liens entre les orangistes et le KKK. Ils s’échangeaient des listes de membres. Il y a aussi une grosse différence…. Le KKK a été déclaré illégal à l’USA, mais les Orangistes sont toujours actifs et légal au Canada. « Loyalisme et fanatisme », Petite histoire du mouvement orangiste canadien, par Pierre-Luc Bégin, Les Éditions du Québécois, 2008, 200 p. (ISBN 2923365224). » — LaurentDesbois, 24 Jul 2011

Discussion Veuillez vous connecter pour ajouter votre commentaire
Vous n'êtes pas membre? Cliquez ici