Une histoire du cinéma : Léonard Forest

Une histoire du cinéma : Léonard Forest

Votre location se termine le

Ce jeune Acadien rêvant de cinéma entre à l'ONF en 1953. Dès ses premiers films,  dont La femme de ménage, scénarisé avec Anne Hébert, Forest manifeste une grande sensibilité. Il écrit Les aboiteaux pour Roger Blais; ce tournage le ramène en Acadie où il reviendra sans cesse. En 1957, soutenu par ses collègues, Forest devient, à 29 ans, le plus jeune producteur francophone de l'ONF. Responsable du studio F, il est au cœur du développement accéléré de la production française durant ces années de création débridée. Des films aussi importants que Les brûlés voient le jour. Léonard Forest renoue avec la caméra et participe au mouvement d'émancipation du peuple acadien : Les Acadiens de la dispersion inaugure une trilogie qui occupe une place à part dans la conscience collective. Le militantisme de ce pionnier est aussi responsable de la fondation du studio de l'ONF en Acadie (1974). Des générations de cinéastes prendront ainsi le relais de ce précurseur. Il se retire ensuite à Moncton pour se consacrer à l'écriture.

Cette entrevue fait partie du projet Une histoire du cinéma - 61 portraits vivants.

Ajouter ce code à votre site

Largeur de la vidéo :

par (( height )) Réinitialiser
Générique
  • recherche
    Denys Desjardins
  • réalisation
    Alexandre Chartrand
  • montage image
    Alexandre Chartrand
  • production
    Johanne Bergeron
  • recherche photographique
    Marion Duhaime-Morissette
  • sweetning
    Luc Papineau
  • musique originale
    Luc Papineau