Le cinéma autochtone en classe pour les élèves de 12 à 14 ans

Le cinéma autochtone en classe pour les élèves de 12 à 14 ans

Ces films proposent des récits des réputés cinéastes Thérèse Ottawa, Alanis Obomsawin et Caroline Monnet, mais aussi de bien d’autres artistes issus des diverses communautés autochtones au Canada.

Le cinéma autochtone en classe est une extension de notre série de projections publiques Aabiziingwashi (Bien éveillés) : Le cinéma autochtone en tournée. Cette programmation donne aux enseignants, aux élèves et aux parents la possibilité de voir des films sélectionnés parmi notre collection exceptionnelle de plus de 250 œuvres réalisées par des cinéastes autochtones. Nous avons créé des sélections de ces titres que nous avons regroupés par tranches d’âges et par thèmes de perfectionnement professionnel pour les enseignants.

Ces récits abordent divers sujets en lien avec la notion de nation, notamment : quête d’identité, racines attikameks, paternité, richesse du patrimoine, célébration du patrimoine et pouvoir de la danse dans un pow-wow, ignorance, préjugés, racisme, autonomisation, intimidation, discrimination, Abénaquis, perte de la patrie et du territoire, colonisation, Loi sur les Indiens et projet de loi C-31, stéréotypes autochtones, fierté autochtone, peuple haisla de la Colombie-Britannique, voyage du totem G’psgolox, langues autochtones, cercle de la parole, potlatch, médecine autochtone, savoir intergénérationnel, questions et préoccupations environnementales contemporaines, oppression et résistance, résolution de conflit, danses autochtones traditionnelles, chasse et piégeage, Pete Standing Alone et les Gens-du-Sang du sud de l’Alberta (en anglais seulement), pensionnats indiens, préservation du mode de vie traditionnel, aînés autochtones.

Les liens avec le programme d’étude sont notamment :
Diversité et pluralisme – Identité, Études des Premières Nations, des Métis et des Inuit – Identité/Société, Santé/Formation personnelle – Prévention des maladies, Sciences humaines – Histoire sociale/Politiques et gouvernements canadiens/Loi, Français, langue maternelle, Arts visuels, Médias, Histoire et éducation à la citoyenneté – Population et peuplement/Culture et mouvements de pensée/Libertés et droits civils

  • Le chemin rouge
    2015|15 min

    Ce court métrage documentaire nous amène au coeur d'un véritable pow-wow traditionnel. En suivant le parcours de Tony Chachai, jeune Autochtone en quête d’identité, la cinéaste originaire de Manawan se penche sur la culture, le passé et la transmission du savoir et des connaissances au sein des membres d’une communauté atikamekw. Mu par le désir de renouer avec sa famille et ses racines, Tony Chachai livre un témoignage touchant sur le chemin qui l’a ramené auprès des siens. À l’aube de devenir père, il prend conscience de la richesse de cet héritage et célèbre ce passé en dansant dans un pow-wow aux côtés de son cousin Ronny Chachai.

    Ce film a été réalisé par Thérèse Ottawa, cinéaste à l'occasion du concours Tremplin NIKANIK, destiné aux cinéastes francophones des Premières Nations du Québec.

  • Les enfants des Nomades
    2018|2 min

    Issue d’une grande famille de nomades, la cinéaste Evelyne Papatie adresse une magnifique lettre poétique à ses enfants, dans laquelle elle raconte leur histoire et l’héroïsme de leur grand-père. Dans son récit autobiographique Les enfants des Nomades, le vélo — avec lequel elle a longuement voyagé pour aller à la rencontre de différentes communautés autochtones partout au Canada — devient un puissant symbole d’héritage, de transmission et de rassemblement.

    Découvrez le talent des cinq cinéastes indépendants qui ont participé à la troisième édition du Projet 5 courts, une initiative de l’ONF visant à explorer le genre documentaire court avec des centres d’artistes ou de production issus des régions du Québec.

    Voyez les films de la première édition
    Voyez les films de la deuxième édition
    Voyez les films de la troisième édition

  • Waban-Aki : peuple du soleil levant
    2006|1 h 44 min

    Long métrage documentaire réalisé par Alanis Obomsawin, qui retourne à son village natal d’Odanak. En récoltant des témoignages d’anciens et en discutant avec des acteurs importants de la communauté, la réalisatrice dresse un portrait de son peuple, reflétant les luttes menées par les différentes nations autochtones qui habitent le territoire. Travail de mémoire et d’espoir.

  • Kanata : l'héritage des enfants d'Aataentsic
    1998|52 min

    Documentaire d'une densité poétique et personnelle sur la nation huronne-wendat. René Siouï Labelle retrace l'itinéraire de ses ancêtres. Il arpente le territoire, recueille des images. Le passé méconnu émerge de ces rencontres avec des femmes et des hommes inspirés. La plupart sont originaires de Wendake, situé à huit kilomètres au nord-ouest de la ville de Stadaconé, jadis décrite par le chef Donnacona comme le grand village, ou « Kanata », lors d'une rencontre avec Jacques Cartier. Y seront évoqués le rapport entre l'être humain et son environnement, la reconnaissance et la transmission du patrimoine, la défense des droits des Amérindiens, et une spiritualité unique fondée sur la diplomatie et le respect.

  • Délia de 9 à 5
    2018|3 min

    S’occuper des enfants, aller chercher de l’eau, donner le bain, corder du bois… Au Réservoir-Dozois, un territoire situé en Abitibi-Témiscamingue, la réalisatrice Délia Gunn, alors enceinte de huit mois, vaque à ses tâches quotidiennes. Délia 9 à 5 est un portrait qui expose de façon directe et sans fard, mais aussi avec tendresse et humour, une journée typique de sa vie, du matin au soir.

    Découvrez le talent des cinq cinéastes indépendants qui ont participé à la troisième édition du Projet 5 courts, une initiative de l’ONF visant à explorer le genre documentaire court avec des centres d’artistes ou de production issus des régions du Québec.

    Voyez les films de la première édition
    Voyez les films de la deuxième édition
    Voyez les films de la troisième édition

  • 360 degrés
    2008|18 min

    Sébastien Aubin vit dans un loft à Winnipeg et occupe un emploi de graphiste. C'est aussi un Cri francophone de la nation d'Opaskwayak, au Manitoba. Parallèlement à sa vie professionnelle, il poursuit une quête spirituelle et identitaire. Son désir de transcender le concret l'a amené à apprendre la médecine traditionnelle autochtone.

    Mark Thompson est guérisseur. Il a choisi de transmettre ses connaissances à Sébastien. Dans cette transmission du savoir d'une génération à l'autre, on sent le poids du temps qui s'est accéléré, phénomène incarné par Sébastien, qui appartient à la fois à la modernité et à la tradition. Ce parcours de 360 degrés, des valeurs du passé à celles d'aujourd'hui, prend tout son sens dans un contexte de crise environnementale.

    Ce film a été produit dans le cadre du concours Tremplin, en collaboration avec Radio-Canada.

  • Vistas - Enfermée
    2009|4 min

    Dans ce court métrage, une jeune femme aux origines métissées devant remplir un formulaire d'équité en matière d'emploi se trouve confrontée à un dilemme. Que répondre à l'énoncé « Origine ethnique – Cocher l'une de ces réponses »?

  • Vistas - Trappeur
    2009|2 min

    Trappeur est un magnifique court métrage qui saisit la dignité tranquille d’une journée dans la vie d’un trappeur du Nord.

    Vistas est une série de 13 courts métrages sur le thème de la Nation produits par l'Office national du film du Canada, en collaboration avec la chaîne APTN.

  • Retour à Holy Angels

    En 1963, Lena Wandering Spirit se trouve, comme plus de 150000 enfants autochtones, soustraite à sa famille et envoyée au pensionnat. Le court métrage documentaire de Jay Cardinal Villeneuve Retour à Holy Angels retrace de façon percutante l’histoire coloniale du Canada au moyen d’images impressionnistes et du langage fragmentaire d’une enfant. Villeneuve rencontre Lena alors qu’il travaille comme vidéaste à la Commission de vérité et réconciliation. Filmé avec une farouche détermination à révéler le passé, mais aussi à tourner la page, Retour à Holy Angels témoigne de la résilience d’un peuple qui a su trouver des moyens de guérir et de revenir aux sources.

  • Naissance d'une famille
    2017|1 h 19 min

    Adoptés très tôt par des familles distinctes disséminées en Amérique du Nord, trois sœurs et un frère se rencontrent pour la première fois dans ce documentaire profondément émouvant de la réalisatrice Tasha Hubbard. Betty Ann, Esther, Rosalie et Ben, aujourd’hui d’âge moyen, sont retirés à leur jeune mère dénée lors de la terrible «rafle des années soixante» qui sévit au Canada. Ils figurent parmi les quelque 20 000 enfants autochtones enlevés à leur famille entre 1955 et 1985 pour être confiés à l’adoption par des Blancs ou être placés en foyers nourriciers. Chacun ayant suivi son parcours au sein d’une famille possédant sa culture et ses valeurs propres, aucun souvenir commun ne les unit. Naissance d’une famille nous invite à partager la douleur, les appréhensions et les joies d’où naîtra leur famille. Frère et sœurs se rencontrent pour la première fois à Banff, en Alberta, où ils passent une semaine à échanger au sujet de leur mère et se racontent leur difficile parcours d’enfants adoptifs ou en famille d’accueil. Alors qu’ils s’emploient à rassembler les pièces de leur histoire, des liens se nouent parmi les rires et une famille prend forme.

  • Trois mille
    2017|14 min

    Ce film expérimental fait appel aux plans d’archives et à l’animation pour faire connaître 3000 ans de culture inuite en trois chapitres : le passé, le présent et l’avenir.

  • Quand toutes les feuilles seront tombées
    2010|17 min

    Inspiré de l’expérience personnelle de la scénariste et réalisatrice Alanis Obomsawin, Quand toutes les feuilles seront tombées allie l’autobiographie, la fiction et la fable pour créer un récit profondément touchant sur la puissance du rêve.