Mai en décembre (Godard en Abitibi)

Mai en décembre (Godard en Abitibi)

| 25 min
Votre location se termine le

Ce court métrage documentaire raconte le passage du cinéaste Jean-Luc Godard à Rouyn-Noranda, en décembre 1968. Quelques mois plus tôt, en mai 1968, la France est secouée par des manifestations populaires et une poignée de cinéastes en colère interrompt le Festival de Cannes. Au Québec, la montée du nationalisme conduit à des affrontements au cours des festivités du 24 juin. C'est dans ce contexte que l'on organise « Les dix jours du cinéma politique » au Cinéma Verdi, à Montréal, qui accueille Jean-Luc Godard, auréolé du succès de ses films À bout de souffle (1959) et Pierrot le fou (1965). Loin de s'en tenir à des rencontres avec ses admirateurs, le cinéaste caresse un projet. Accompagné d’une équipe de cinéastes français et canadiens, il ira à Rouyn-Noranda, où la télévision lui donne carte blanche, et y fera la révolution...

Ce film est issu de la série Libres courts, qui rassemble des premières œuvres courts métrages documentaires.

Ajouter ce code à votre site

Largeur de la vidéo :

par (( height )) Réinitialiser
Générique
  • réalisateur
    Julie Perron
  • scénario
    Julie Perron
  • producteur
    André Gladu
  • image
    Guy Borremans
  • son
    François Guérin
    Stéphan Bauer
  • montage
    Sophie Leblond
  • montage sonore
    Francine Poirier
  • mixage
    Jean Paul Vialard
  • participation
    Alain Laury
    Pierre David
    Claude Nedjar
    Pierre Harel
    André Dudemaine
    Louise Bédard

  • lemieuda

    Fascinant de revoir ce film en 2013, avec l'inspiration qu'y a puisé le réalisateur Éric Morin pour son film « Chasse au Godard d'abbittibbi ».

    lemieuda, 12 Nov 2013
  • lapirog

    En 1971,nous sommes partis 15 artisans ou proches du BLOC,sur invitation de groupes populaires pour 3 semaines de tournée en France armé d'un Portapak Sony qui servait à produire du matériel pour les émissions de télé diffusées sur Radio-Nord à Rouyn. Malheureusement, cet appareil soulevait la suspicion des douaniers et de la police française et ce fut un poids inutile dans nos bagages.Le Bloc provoquait énormément d'intérêt partout où nous fumes reçus par les dits groupes sociaux/syndicaux à Paris,en Alsace-Lorraine et en Bretagne.

    lapirog, 10 Avr 2013