75 Ans L'avenir fait partie de notre histoire

Le moment ONF de la semaine

Qu’est-ce qui fait le succès de l’ONF?

Vous, le public!

Pour vous remercier, nous avons décidé de commencer nos « Moments ONF » avec le choix du public cette semaine. Roulement de tambour… Selon un sondage (non-scientifique) effectué sur Facebook, vous avez choisi Pour la suite du monde (1963) :

  • « Pour la simplicité et le naturel des gens de l'Isle-aux-Coudres et leur participation à cette histoire de pêche aux marsouins. Pour la complicité entre les habitants, Perreault et Brault et toute l'équipe. Pour la poésie de la photographie. » - Claudette sur Facebook
  • « Pour l'authenticité des personnages... Un film réconfortant... » - France sur Facebook

En 1962, deux cinéastes de l’ONF, Pierre Perrault, l’homme au magnétophone, qui sait si bien faire jaillir la parole, et Michel Brault, l’homme à la caméra qui marche, partent à la rencontre des habitants de l’Isle-aux-Coudres. Avec eux, ils recréeront la mythique pêche aux marsouins. Un voyage sur les rives du Saint-Laurent, entre la mer et l’eau douce, où vivent des personnages plus grand que nature.

Chef d’œuvre du cinéma direct, Pour la suite du monde a remporté plusieurs prix et honneurs au fil des ans. Premier film canadien à avoir été sélectionné au Festival de Cannes (1963), il est aujourd’hui considéré comme une œuvre phare du cinéma documentaire mondial au côté des Nanook of the North (1922) de Robert Flaherty et L’homme à la caméra (1929) de Dziga Vertov.

Revenez-nous la semaine prochaine pour notre prochain « Moment ONF »