La conquête de l'Amérique II

La conquête de l'Amérique II


                                    La conquête de l'Amérique II
| 1 h 9 min

Ce documentaire suit un groupe d'Amérindiens dans la reconquête juridique de leurs rivières à saumon face aux clubs privés et pourvoiries. Nous les suivons, de portage en portage, sur la magnifique rivière Natashquan, jusqu'à un endroit sacré au pied d'une chute, où il reconstituent des moments importants de la vie d'antan à l'intérieur des terres.

Les deux films formant La conquête de l’Amérique, tout comme la plus grande partie de l’œuvre de Lamothe, ont été très peu diffusés. Depuis les années 1960, le cinéaste entretient une relation d’amitié avec le peuple innu (appelé jusqu’à récemment « Montagnais »). Près d’une trentaine de ses films sont consacrés à la transmission de leur parole, à la représentation de leur culture et à la défense de leurs droits, constituant ainsi le plus important corpus documentaire sur un peuple amérindien. Dans La conquête de l’Amérique II, les légendes traditionnelles contées par un aîné de la communauté se mélangent aux difficiles démarches politiques des Innus pour retrouver leurs droits de libre accès sur la rivière Natashquan. Dans la dernière partie du film, hommes, femmes et enfants vont établir un camp au pied d’une chute. Privés de l’accès à la rivière par le bail octroyé à une pourvoirie et peu à peu contraints de renoncer à leurs déplacements saisonniers à l’intérieur des terres, ils n’allaient plus depuis de nombreuses années à ce lieu sacré, où leurs ancêtres pêchaient le saumon. Au-delà du discours politique, Lamothe matérialise alors de façon sensible les concepts de droits, d’identité, de tradition et d’appartenance au territoire. C’est en voyant les Innus emprunter les anciens portages, installer leur camp, pêcher et préparer le poisson, que ces concepts deviennent tangibles, que leur réalité devient émouvante et indéniable. En observant des gestes où résonne l’écho d’un temps lointain, nous saisissons concrètement que le peuple innu appartient à ce territoire autant que ce territoire lui appartient. La trame sonore de Jean Sauvageau, pionnier de la musique électronique, est un élément singulier de l’esthétique de nombreux films de Lamothe. Accompagnant souvent de longs plans panoramiques sur le territoire, cette musique insuffle aux images des émotions indicibles, tout en produisant d’étranges contrastes avec le ton et le sujet du film.

Nicolas Renaud
De la sélection : Identités et territoires

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservés aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs! En savoir plus

Déjà abonné? Connectez-vous

Ajouter ce code à votre site

Largeur de la vidéo :

par (( height )) Réinitialiser
Générique
  • réalisateur
    Arthur Lamothe
  • texte
    Arthur Lamothe
  • producteur
    Jean-Marc Garand
    Jacques Gagné
  • images
    Jean-Pierre Lachapelle
    Roger Moride
  • son
    Claude Beaugrand
    Jean-Michel Rouard
  • montage
    Nicole Lamothe
  • montage sonore
    Nicole Lamothe
  • mixage
    Jean-Pierre Joutel
  • narration
    Paule Baillargeon
    Rollande Rock
    Arthur Lamothe
  • musique
    Jean Sauvageau

  • carlophile

    Film brillant comme la pêche aux flambeaux, très riche. Rivière et flore de Natasquan d'une beauté saisissante, au coeur de l'histoire de la communauté qui en a été dépossédée. Ici, révélation choquante: gouvernement et exploitant privé de la pourvoirie coupent l'article d'une entente signée avec les Montagnais qui prévoyait qu'ils puissent acquérir la pourvoirie à la fin du bail actuel.

    carlophile, 21 Mai 2010