Claude Jutra, portrait sur film

Claude Jutra, portrait sur film

| 1 h 22 min

Construit comme un théâtre d'ombres et de reflets chatoyants, ce film-enquête intimiste multiplie les pistes (entrevues avec Michel Brault, Bernardo Bertolucci, Geneviève Bujold, Saul Rubinek, documents d'archives et extraits de films) pour éclairer la personnalité complexe d'un grand cinéaste québécois, témoin et acteur de son temps. Éternel rebelle ayant côtoyé les plus grands (Truffaut, Cocteau, Rouch), Claude Jutra a propulsé notre cinématographie dans la modernité en lui donnant certains de ses plus beaux joyaux : Il était une chaise (coréalisé avec Norman McLaren), À tout prendre, WOW, Mon oncle Antoine et Kamouraska.

Marc St-Pierre, analyste de la collection ONF, nous raconte l'histoire derrière ce film sur le blogue.onf.ca.

Les évaluations professionnelles et les guides pédagogiques sont réservés aux abonnés CAMPUS.

CAMPUS

Des fonctionnalités conçues spécialement pour les profs! En savoir plus

Déjà abonné? Connectez-vous

Ajouter ce code à votre site

Largeur de la vidéo :

par (( height )) Réinitialiser
Générique
  • réalisateur
    Paule Baillargeon
  • directeur de la photographie
    Michael Savoie
  • montage
    Dominique Sicotte
  • musique originale
    Yves Laferrière
  • scénario
    Jefferson Lewis
  • texte de la narration
    Jefferson Lewis
  • chef recherchiste
    Jefferson Lewis
  • recherchiste
    Julie Laferrière
    Sylvia Mezei
  • traduction
    Jefferson Lewis
    André Théberge
  • narrateur
    Paule Baillargeon
  • musicien
    Yves Laferrière
    Blanche Baillargeon
    Didier Dumoutier
  • enregistrement de la musique
    Luc Papineau
  • mixage musique
    Luc Papineau
  • conception sonore
    Jeremy MacLaverty
    James Mark Stewart
  • preneur de son
    Alain Létourneau
    Marie-France Delagrave
  • directeur artistique
    Bruno La Haye
  • électricien
    Bernard Arseneau
  • coiffeur
    Réjean Goderre
  • photographe de plateau
    Attila Dory
  • assistant de production
    Roy Hubler
    Mark Lee Poy
  • adjointe à la réalisatrice
    Manon Houle
  • animation
    Michèle Cournoyer
  • assistant monteur image
    Jean-François Forget
  • transcription
    Flaming Fingers
  • adjoint au producteur
    Patricia Lavoie
    Anne Hooper
    Johanne Bergeron
  • directrice de projet
    Suzanne Comtois
  • administrateur
    Deborah MacNeil
    Del Mehes
  • superviseure de la post-production
    Nancy E. Mullins
    Cori Doern
  • post-production vidéo
    Covitec
    The Post Group
  • montage en ligne
    Jean-François Forget
    Graham Saywell
  • mixage
    Todd Warren
    Brad Zoern
  • mixage - assistance
    Colin McLellan
  • studio de mixage
    Deluxe Toronto
  • administration de production
    Denise DesLauriers
  • administration de production - assistance
    Marie-Christine Guité
    Lise Lévesque
  • coordonnateur technique
    Jean-François Laprise
  • agente de distribution
    Joanne Carrière
  • directeur
    Marc Gilbert
  • assurances
    Jones Brown and Associates Ltd.
  • conseiller juridique
    Rafe Engle
    Zénaïde Lussier
  • droits d'archives
    Ginette Lavigne
  • producteur au développement
    Diane Poitras
  • producteur
    André Théberge
    Anne Frank
    Nicole Lamothe
    Yves Bisaillon

  • raymond fredette

    Grand merci madame Baillargeon. Michel, le jeune frère de Claude, était mon ami au collège Mont-Saint-Louis, fin des années '50. J'ai dormi dans la chambre qui avait été celle de Claude avant 1956; je revois sur le mur le dessin d'un canard avec pour tête une main pendante. C'est dans cette même chambre que j'ai rencontré celle qui a été ma première épouse. J'étais à la première de À tout prendre en 1963 et j'ai vu pour la dernière fois Michel au sortir du film. En 1983, j'ai logé rue Laval, tout près du Square St-Louis, comme on l'appelle. En octobre 1986, me rendant au métro Sherbrooke pour aller donner cours au Cégep Ahuntsic, j'ai croisé Claude Jutra dans le Carré St-Louis. Ayant fait médecine, j'ai imaginé après coup qu'il aurait su diagnostiquer sa maladie; mais, à bien y penser, peut-être pas. L'Alzeimer faisait son apparition. Comme tout le monde, début novembre, j'ai appris la nouvelle de sa disparition. Merci encore, pour ce film témoin d'un grand artiste québécois. Raymond Fredette,

    raymond fredette, 13 Nov 2010